Rechercher
  • Camille Vorain

Rencontre Noémie, travailler sur soi pour guérir de l'eczéma

Aujourd’hui j’ai choisi de laisser la main sur le blog à Noémie, pour partager un témoignage inspirant d'une guérison de l'eczéma, un de ceux qu’on voudrait trouver davantage sur le web et qui donne la niaque de continuer à vivre.

Avoir de l’eczéma est handicapant mais pas une fatalité, et aujourd’hui Noémie va nous en parler.


Disclaimer : Gardons en tête que chaque personne est unique, tout comme son chemin de guérison. Celui-ci est le tien et ne dit rien des autres. Il peut résonner, inspirer, encourager mais en aucun cas dicter un chemin de conduite.





Peux-tu nous dire qui tu es, et nous parler de ton eczéma?

Je suis… une femme avec un petit grain de folie, qui aime mettre du soleil, de la tropicalité et du mouvement dans sa vie et dans celle de gens ! Je suis aussi une gourmande des liens humains : j’aime rencontrer, réunir, relier, fédérer, intégrer et insuffler une énergie positive. L’île de la REUNION où j’ai habité petite y serait pour quelque chose ? Je crois bien que oui !


L’eczéma ? J’en ai eu une première fois lorsque j’avais 3-4 ans et c’est une cure aux thermes de Challes-les-eaux qui m’avait guéri. L’eczéma s’est ensuite invité à nouveau dans ma vie à l’âge adulte. Cette fois-ci, cela a duré environ 8 ans, de mes 27 à mes 35 ans. J’avais de l’eczéma sur le visage, le cou, les bras, et parfois le ventre. Pendant ces 8 ans, j’ai eu des phases avec beaucoup d’eczéma et des phases où l’eczéma disparaissait complètement. Je dirai que j’ai traversé 3 grosses crises qui ont dû durer chacune de 4 à 9 mois. Des périodes où je me retrouvais finalement souvent en déprime. J’ai aussi fait un choc anaphylactique (allergique) en 2018 qui m'a amené aux urgences à cause d’un choc émotionnel lié aux cacahuètes.


C’est ma première grosse crise d’eczéma en 2015 qui m’a fait dire qu’il fallait que je me bouge, que je comprenne ce qu’il se passait car je sentais que ce n’était pas normal d’avoir tout ça. J’ai rapidement arrêté la cortisone et les antihistaminiques et n’ai pas souhaité réitérer une cure thermale que j’avais faite. C’est avec de l’accompagnement que j’ai pris soin de ma tête et de mon corps. J’ai effectué de nombreuses séances : somato-émotionnelles, coaching, eft, magnétisme, acupuncture, psychonomie, soins énergétiques, conversations et soins avec ma soeur et j’ai activé de nombreux autres outils pour m’aider au quotidien : yoga, danse libre, sport, méditations, cahiers d’exercice, journal intime, rituels, etc.

Aujourd’hui, je peux dire que je suis guérie même si c’est assez récent, parce que, au fond de moi, je me sens guérie. Il s’est passé de nombreux déclics entre Décembre et Février 2021 que j’ai transformés en actions concrètes. Aujourd’hui, j’ai la sensation que je n’aurai plus d’eczéma, c’est une sensation que je ne ressentais pas du tout avant. Et si jamais de l’eczéma devait revenir, je crois que je saurai tout de suite ce que je devrais faire pour “faire peau neuve” parce que c’est plus clair pour moi maintenant.


Dans cet article, j’avais envie de vous partager les éléments que je retiens qui ont contribué à ma guérison. Mais même si des choses peuvent raisonner pour vous, je crois que ce n’est pas en lisant qu’on peut guérir. Je crois que c’est à chacun de “passer par là”, de traverser vraiment son/ses sujets jusqu’au bout, de regarder ce qui ne va pas dans sa vie actuelle afin de se transformer pour guérir.


Mes 3 clés pour guérir de l’eczéma

Je crois que je pourrai résumer ainsi ce qui m’a fait guérir de mon eczéma :

  • Mieux me connaître

  • Libérer ma tête et mes émotions

  • Oser m’exprimer, m’affirmer et me respecter

Les deux premières clés m’ont aidé pour parvenir à la troisième, celle qui a fait « tilt » pour moi.

Je savais que l’eczéma était bien une MAL-A-DIE qui venait me délivrer un MESSAGE pour que je me transforme. Cette maladie étant liée à la peau, elle est donc en lien avec la relation à moi-même et à l’autre. C’est avec le recul, que j’ai pu formuler ce message qu’il me fallait, je pense, entendre pour guérir : « Noémie, respecte-toi dans ta relation avec toi-même et dans tes relations avec les autres ».


Se transformer pour guérir

Guérir de l’eczéma n’aura pas été magique ! 5 ans de travail intensif sur moi pour guérir ! Oui j’ai opéré un gros travail sur moi car j’étais persuadée que l’eczéma était psychologique. Je n’avais pas envie de prendre de médicaments, ni de changer d’alimentation en enlevant chaque fois plus de choses... Je voyais bien que ce n’était pas ça.


Quand tout va bien dans ma vie, je n’ai pas d’eczéma !

Tout au long de cette période de 8 ans d’eczéma, j’ai observé un fait très simple : lorsque tout allait bien dans ma vie, hop l’eczéma disparaissait, et lorsque mes soucis revenaient dans ma tête, hop, l’eczéma revenait ! Donc l’eczéma venait bien de moi, je dirais même : de l’intérieur de moi ! J’ai réalisé que je gardais beaucoup les choses en moi. Ma sœur me disait « mais pourquoi tu n’en parles pas de ce sujet qui te prend la tête ? » « Heu… parce que je n’ai pas envie de t’embêter avec mes histoires ! »

Je me suis faite accompagner par des professionnels. J’ai aussi échangé des heures durant avec ma sœur qui me faisait bouger à chaque conversation. J’avais envie de comprendre, envie d’avancer, envie de guérir naturellement, oui j’étais persuadée que c’était possible. J’ai investi beaucoup de temps, d’argent et d’énergie pour guérir et j’ai réussi.





Me respecter dans ma relation avec moi-même et dans mes relations avec les autres


> Dans ma relation avec moi-même

Me respecter dans ma relation avec moi-même c’était me reconnecter à mes besoins, mes émotions, mes envies, mes rêves, à ce qui me faisait plaisir ainsi qu’à mes sources de ressourcement. Pour ce faire, j’avais besoin de m’écouter ! Essayer d’écouter davantage mon corps et mon coeur, plus que ma tête. Quand mon corps me dit de me reposer et ma tête “mais non, il faut que tu travailles”, avant j’avais tendance à écouter ma tête, maintenant j’écoute davantage mon corps. Je me repose car je sais que je serai plus efficace après ! Je ralentis, je m’enlève de cette urgence, de cette instantanéité présente dans notre monde actuel. Je cherche à trouver du plaisir dans tout ce que je fais : maintenant je vide le lave-vaisselle en prenant 5 minutes de plus pour le faire à un rythme détendu en trouvant cela sympa ;) ! Voici quelques-unes des choses concrètes que j’ai changé dans ma vie.

Aujourd’hui, je pose mes envies, j’ose vivre à travers moi (et non à travers l’autre), j’affirme davantage qu’elle femme je suis et je chemine vers ma vie idéale. Pour moi, c’est tout cela me respecter.


Article : Comment écrire m'a aidé à panser mes blessures.

Article : Rencontre avec le Docteur Versapuech, dermatologue à l'écoute de notre peau


> Dans mes relations avec les autres

Me respecter dans mes relations avec les autres, c’était arrêter de subir, arrêter de faire la gentille pour ne pas créer de conflits, arrêter d’accepter à contre-coeur, arrêter de me conformer à ce que l’autre faisait ou me disait et qui n’était pas mon envie, arrêter de ne pas m’écouter. Me respecter c’était donc ARRÊTER ce que j’aime bien appeler “ne pas faire du moi”, et COMMENCER à “faire du moi”.

Faire du moi, c’était commencer à m’affirmer petit à petit, à OSER DIRE ce que je ressentais à l’intérieur de moi. Petit à petit, j’ai osé dire dans les deux sens : des choses « positives », comme « négatives » dans toutes mes relations « en cours » problématiques reliées à toutes mes sphères relationnelles :

  • J’ai osé dire mes sentiments à la personne de qui je me rapprochais puis lui dire que je ne me sentais pas respectée lorsqu’il a commencé à ne pas répondre à mes messages,

  • j’ai osé dire ce que je sentais à ma collègue, j’ai osé m’excuser, j’ai osé répondre gentiment à son message agressif.

  • j’ai osé exprimer auprès de ma famille ma déception suite à certains de leur comportements

  • j’ai oser m’affirmer davantage dans mes convictions et mes ressentis auprès de mes amis

En faisant tout cela, je me suis respectée. Cela n’était pas facile. Mon cœur battait à chaque fois que j’osais dire des choses, je transpirais, je pleurais souvent en disant toutes ces choses aux personnes concernées car c’était important pour moi et je crois que je suis aussi une hypersensible ! Mais, à chaque fois, je me sentais libérée et heureuse de m’être respectée. J’ai « nettoyé » chacune de mes relations dans lesquelles je sentais un problème, et j’ai guéri.


Me transformer en passant à l’action dans ma vie quotidienne

Vous l’aurez compris, ce qui m’a fait guérir, ce n’est pas juste d’avoir lu des livres et d’avoir appris ce qu’était l’eczéma. Non, ce qui m’a fait guérir, je dirai que c’est le fait d’être “passée à l’action” : d’avoir traversé/expérimenté/travaillé/vécu mes sujets jusqu’au bout pendant mes accompagnements et d’avoir ensuite posé des actions nouvelles dans ma vie quotidienne. C’est cela qui m’a fait me transformer de l’intérieur, et qui a ensuite eu des répercussions concrètes dans ma vie extérieure.

En somme, c’est avancer, me développer et me transformer qui m’a guéri. C’est le fait d’avoir relevé mes manches pour traverser de la tête aux pieds ces 3 concepts de : connaissance de soi, affirmation de soi et respect de soi qui m’a aidé à guérir.



Partager à mon tour les clés de ma transformation

En créant une maladie, ne serait-ce pas ce que le corps nous invite à faire : une transformation ? Si notre manière de faire actuelle était la bonne, aurions-nous tous ces symptômes ? Je ne crois pas, c’est pour cela qu’il faut changer, évoluer, se développer, se transformer ! Or c’est exactement ce à quoi invite l’accompagnement en coaching, activité que j’exerce aujourd’hui.

Depuis le début de mon parcours d’eczéma, j’ai souhaité aider celles et ceux qui avaient de l’eczéma en partageant mon expérience sur mon blog

http://manouvellevievacommencer.over-blog.com/


Maintenant que je suis moi-même guérie, c’est tout naturellement que j’ai décidé d’accompagner en coaching celles et ceux qui ont envie de se transformer pour guérir de leur eczéma.

Je crois vraiment que « Le voyage c’est d’aller de soi à soi en passant par les autres » ! Alors, êtes-vous prêts pour Une ESCALE en Vous ?

Vous pouvez me découvrir davantage et me contacter ici : https://uneescaleenvous.com/



Si tu avais trois ressources inspirantes à partager, lesquelles ce serait (livre, film, podcast, blog?)

  1. Les cahiers des Défi des 100 jours de Lilou Macé : pour une vie extraordinaire, pour développer son intuition, pour vivre la magie au quotidien, pour libérer son rapport à l’argent et vivre son abondance, pour trouver sa mission de vie, pour une alimentation consciente, pour éveiller son féminin par le TAO.

  2. Des sommets virtuels en ligne : le Congrès de l’EFT et le Sommet de la Conscience.

  3. Le dictionnaire des malaises et des maladies de Jacques Martel : le livre présent sur ma table de nuit !


Si tu avais un message, un mot à dire à ceux qui vivent la souffrance que tu as traversé il y a quelques années ?

J’ai envie de vous dire “c’est trop bien ce qu’il vous arrive” ! Oui, c’est un cadeau, car vous avez des symptômes visibles qui viennent vous dire : “hé ho, je suis ton corps, il y a quelque chose qui ne va pas dans ta vie, écoute moi, écoute mon message !” et qui vous force à vous occuper de vous. L’eczéma provoque beaucoup de souffrance mais c’est cela qui permet tellement de richesses, si on choisit de se donner les moyens pour écouter, prendre du recul et transformer les choses.

J’ai aussi envie de rajouter : ne restez pas seuls, offrez-vous de l’accompagnement, c’est tellement plus puissant, plus facile et plus rapide. Investissez sur vous, sur votre santé, sur votre développement, sur votre bien-être, c’est le plus cadeau que vous pouvez vous faire à vous-même. Vous vous remercierez après, j’en suis certaine.

Je finirai par vous dire COURAGE. Je sais que ce n’est pas facile, je vous comprends, je suis passée par là. Mais, je suis certaine que TOUT EST POSSIBLE, alors foncez vers votre guérison.



Tu veux plus de témoignages de guérison? Retrouve celui de Caroline Weiler
2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout